Logo/BanniÈ

L'élevage

Les cochons

95% sont élevés en élevage intensif en France, où ils ne sont pas placés sur terre mais sur des caillebotis. 

Les "truies reproductrices" sont bloquées à vie dans des stalles dans lesquelles elles ne peuvent que se lever ou s'allonger. Elles mettent bas dans des cages dont la configuration ne permet aucune relation avec leurs porcelets. Seules leurs mamelles sont accessibles aux petits. Les mises bas successives entraînent parfois chez elles la sortie d'une partie de leurs organes par l'orifice anal. Après trois années de reproduction incessante, les truies sont envoyées à l'abattoir, épuisées.

Les jeunes "porcs" sont entassés dans des espaces totalement inappropriés à leur bien-être, ce qui les rend violents entre eux. A cet effet, on leur coupe la queue, pour éviter les mâchouillements, et on les soumet au martyre du meulage des dents, tout cela sans anesthésie.

On les castre également à vif afin qu'une potentielle odeur désagréable ne se dégage pas pendant leur cuisson. Cela ne saurait convenir au goût du consommateur, même si les éleveurs savent que cette odeur ne se manifeste que chez 3% des verrats, et que de nombreux pays ont trouvé une alternative à cette pratique. Les porcelets chétifs à la naissance sont assommés sommairement et ne sont ainsi pas à l'abri d'une longue agonie.

Gavés d'antibiotiques, 27% des "porcs" meurent entre leur naissance et leur âge d'abattage, fixé au terme de leurs 28 jours pour les "cochons de lait". Il est d'ailleurs surprenant d'apprendre que les "porcs" en élevage consomment 37% des antibiotiques vétérinaires vendus en France.

Les lapins

Les "lapines reproductrices" sont inséminées dix jours après chaque mise bas. Leur squelette s'en trouve déformé.

Les lapereaux très petits sont entassés les uns sur les autres après un étourdissement manuel rapide. Considérés comme de vulgaires déchets inutilisables, leur agonie n'est guère préoccupante. Les lapereaux exploitables sont séparés de leur mère au bout d'un mois. Ils sont plus de 40 millions à être étriqués dans d’étroites cages au sol grillagé, qui leur cause des blessures aux pattes et des infections. A cause du gavage aux antibiotiques, 25% des lapereaux périssent avant leur âge d'abattage.

=> Lire la suite : Les canards et les oies pour la production de "foie gras"


Suivez nous
sur les réseaux sociaux

Partagez cette page avec vos ami(e)s en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

Plan du site - Adhérer - Faire un don - Mentions Légales
Site créé par Monwebsurmesure

© PACTE - 2017/19