Logo/BanniÈ

L'élevage

La pêche et l'élevage aquacole

Un a priori courant fait penser qu'il est moins grave de tuer un poisson que de tuer un animal terrestre. Parce qu'il ne nous ressemble pas, vit sous l'eau et n'émet pas de sons, l'on ne perçoit pas sa souffrance. Pourtant les poissons sont des êtres également reconnus sensibles, qui ressentent la douleur. Ils éprouvent des émotions, ont une vie sociale, disposent d'une mémoire, y compris à long terme et savent se reconnaître individuellement. Dotés du pouvoir d' apprentissage social, ils possèdent des capacités mentales semblables à celles des animaux terrestres. Ils ont donc le même intérêt à vivre. A ce titre, on ne peut légitimer éthiquement la mise à mort d'un poisson, animal sentient. Il en va de même pour l'ensemble des animaux aquatiques. Ne sous-estimons pas leur sensibilité et leur intelligence au prétexte que, de notre point de vue, on ne les perçoit pas. Bien que non-visible pour nous, leur souffrance lors de leur lente asphyxie est tout aussi aiguë que pourrait être la nôtre. En guise d'exemple, le homard souffre atrocement lorsqu'il est ébouillanté vivant, son agonie est longue et épouvantable. Idem pour les autres "fruits de mer" dont il est prouvé qu'ils ont une sensibilité.

La pêche et l'élevage aquacole relèvent de la même violence : on extrait des animaux de leur milieu aquatique et ils s'asphyxient à l'air libre ou meurent par la décompression. Quel que soit le type de pêche, industrielle ou artisanale, cette dernière étant préférée d'un point de vue écologique (?!), l'individu aquatique souffre.

Pourtant si l'on considère illégitime de tuer un animal terrestre, on ne peut trouver qu'illégitime la mise à mort d'un animal aquatique.

=> Lire la suite : L’apiculture


Suivez nous
sur les réseaux sociaux

Partagez cette page avec vos ami(e)s en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

Plan du site - Adhérer - Faire un don - Mentions Légales
Site créé par Monwebsurmesure

© PACTE - 2017/19