Logo/BanniÈ

Sexisme

Les femmes restent les principales victimes des violences conjugales. Sur un total de 143 personnes victimes de leurs conjoints, compagnons ou "ex", 118 décès touchent des femmes. Elles étaient 17 (soit 14,5%) à avoir commis antérieurement des violences sur leur partenaire. Un homme meurt tous les 14,5 jours tué par sa compagne ou son compagnon. Sur les 23 femmes auteurs d'homicides sur leur conjoint ou compagnon, cinq étaient victimes de violences de la part de leur partenaire (soit près de 22%). En outre, deux hommes ont été tués par leur compagnon (rapport annuel du ministère de l'Intérieur et l'AFP). Cette violence est mal représentée par les statistiques. Les hommes en parlent moins, le déclarent moins.

Quand dix femmes sur 100 déposent plainte suite aux violences qu’elles ont subies, seuls trois hommes sur 100 osent se tourner vers la justice, selon l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales. Comme si le fait de parler d’un sexe voulait nécessairement dire que l’on est contre l’autre sexe, que l’on alimente la guerre des sexes. Il n’y a aucune justification possible au fait qu’une femme soit battue dans un contexte conjugal, comme il n’y a aucune justification à ce qu’un homme soit battu. Le but n'est pas de savoir lequel de l’homme ou de la femme est le-la plus vil-e mais plutôt de susciter une réelle prise de conscience de toute la réalité de la violence domestique afin, qu’ensemble, nous puissions arriver à l’éradiquer et enfin évoluer, femmes et hommes en toute égalité, en toute humanité. 

=> Lire la suite : Mesures contre le sexisme


Les différentes parties

Suivez nous
sur les réseaux sociaux

Partagez cette page avec vos ami(e)s en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

Plan du site - Adhérer - Faire un don - Mentions Légales
Site créé par Monwebsurmesure

© PACTE - 2017/19