Logo/BanniÈ

La chasse

Le chasseur, un danger public

Nous savons toutes et tous que chaque année apporte son lot de victimes humaines (chasseurs ou non-chasseurs). Il y a aussi les accidents de la route, les cerfs et sangliers affolés traversant les routes en tous sens. La moyenne fait froid dans le dos : plus d'une personne blessée ou tuée par jour de chasse ! Un sentiment d'insécurité plane sur les campagnes et les abords des villes et villages, car il n'y aucun périmètre de protection : les chasseurs sont simplement invités à ne pas tirer en direction des habitations. Ils traversent votre propriété en conquérants, parfois même sans prendre la peine de "casser" le fusil. Une clôture ou un panneau "privé" ? Ils s'en moquent. Leurs chiens divaguent chez vous, effrayant vos compagnons à quatre pattes. Quand les guerriers passent, c'est "tous aux abris", humains et animaux domestiques. On sursaute à chaque coup de feu, à chaque hurlement de chien. Quand ce ne sont pas des individus hurlants qui poursuivent un cerf blessé jusque dans votre salon ou la cour de l'école, pour l'achever de la façon la plus sanglante. Cela s'appelle le "droit de suite". Douce France, cher pays de mon enfance.

Les Françai-se-s sont exaspéré-e-s. Cette monopolisation du territoire par une ultra-minorité est-elle tolérable ? Notons aussi que les travailleurs agricoles sont exposés quotidiennement à ce danger. Enfin, quantité de fusils, déclarés ou pas, sont dans les placards, et n'importe quel chasseur pris d'un coup de sang peut en user pour tuer son ex, son rival etc. Les faits divers de cet ordre ponctuent régulièrement l'actualité.

=> Lire la suite : Une histoire de gros sous et de pouvoir - Les mesures du PACTE


Suivez nous
sur les réseaux sociaux

Partagez cette page avec vos ami(e)s en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

Plan du site - Adhérer - Faire un don - Mentions Légales
Site créé par Monwebsurmesure

© PACTE - 2017/19