Logo/BanniÈ

Permaculture

Agriculture

Les mesures du PACTE (1)

Grandes cultures : semis-direct-sous-couvert et agro-foresterie, c’est réaliste.

Concernant les grandes cultures (ce qui se moissonne), voici les grandes lignes d'une conduite culturale raisonnée et respectueuse du sol. On évitera d'abord de le tasser en réduisant au maximum les passages de tracteur (donc aussi économie de carburant). On laissera sur place les résidus de moisson, qui feront comme un paillis pour éviter l'évaporation et protéger le sol du soleil et du vent. Moins d'arrosage en conséquence. L'arrosage sera limité du fait que l'humus retient mieux l'eau. S'il faut arroser cependant, on utilisera des systèmes doux et non gaspilleurs (goutte à goutte, pas de lances). Le paillis a également l'avantage d'empêcher la levée des « adventices » (herbes envahissantes). On sèmera en début de période, avant la culture de rente, une culture qui sera fauchée sur place au stade de belle plante verte, avant de grainer, le but étant d'apporter de la matière organique pour enrichir le sol. Il existe une machine spéciale qui trace le sillon de semis pour la culture de rente, après avoir écrasé l'engrais vert. Ce qui fait un seul passage de machine au lieu de deux. Plus besoin de labourer, car labourer est retourner la terre et donc détruire les êtres vivants qui occupent chacun une couche particulière dans le sol. Les vers de terre vont travailler tout naturellement, en faisant des galeries et en enfouissant la matière organique. On pourra décompacter avec des lames qui passent horizontalement sous la terre sans la retourner. Les micro-organismes pourront alors décomposer la matière. Ce sera l'engrais naturel pour la culture suivante. Tout cela est possible si le sol n'est pas lessivé par des engrais chimiques, pas mort bactériologiquement ni tassé par des machines énormes.

On plantera des arbres disposés de manière à laisser passer les moissonneuses et qui joueront plusieurs rôles : apport d'engrais naturel (feuilles qui tombent), ombre et protection contre les canicules. Ils produiront des fruits, des noix ou seront utilisés à terme comme bois d'oeuvre. Ce retour des arbres dans les parcelles, connu sous le nom d'agro-foresterie, est déjà en place partout en France et même subventionné par la PAC.

On favorisera les semences de terroir, mieux adaptées, plus résistantes et on aidera les agriculteurs à produire leur propre semence et/ou à en échanger avec les voisins. Les blés anciens, bien connus maintenant, donnent l'exemple de cultures rentables, durables (capables, en plus, de s'adapter aux changements climatiques car non figées génétiquement) et meilleures pour la santé.

Les parcelles seront donc bordées d'arbres et de haies afin d'entretenir une belle et très utile bio-diversité. Ces parcelles ne seront plus d'immenses étendues vides de vie et offertes aux invasions de maladies et d'insectes, mais des parcelles à taille modérée qui composeront le puzzle de la diversité, meilleur rempart contre les maladies.

=> Lire la suite : Les mesures du PACTE (2) : Maraîchage sur planches permanentes


Suivez nous
sur les réseaux sociaux

Partagez cette page avec vos ami(e)s en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

Plan du site - Adhérer - Faire un don - Mentions Légales
Site créé par Monwebsurmesure

© PACTE - 2017/19