Logo/BanniÈ

Position abolitionniste du PACTE

Le welfarisme rend à l'aise les gens avec le fait de manger de la viande 

Le PACTE tient dans cette analyse à affirmer son positionnement clairement abolitionniste en matière d'éthique animale.

Rappelons qu'il existe dans la cause animale des divergences de pensées dans la façon d'envisager le traitement et le statut des animaux.

Voici ces différents courants :

- Le welfarisme : il prône l'amélioration du traitement des animaux sans remettre en cause le fait de les tuer. Il voudrait par exemple que, dans les élevages et les abattoirs, les animaux soient bien traités avant d'être exterminés. Son souci est ledit "bien-être animal" et il vise une amélioration partielle de la condition animale. Le welfarisme est le premier mouvement apparu en faveur des animaux, nous sommes convaincu-e-s qu’il est obsolète.

- La position abolitionniste remet en cause le fait de tuer l'animal, ainsi que son statut de propriété. Il développe une théorie des droits des animaux et réclame la considération de l'animal comme sujet de droits, au même titre que l'humain-e. L'abolitionniste ne croit pas au « bien-être animal » dans le cadre de l'exploitation de celui-ci. Il ne veut pas le « bien-être » mais la fin définitive de l'exploitation et de l'abattage.

- Il existe enfin une position alternative, celle en vogue en ce moment, que l'on nomme "néo-welfariste". Ce courant est abolitionniste dans sa finalité mais emploie à cet effet des stratégies welfaristes. Par exemple, il va demander des réformes en faveur « du bien-être » dans les élevages, comme l'interdiction de l'élevage en batterie des poules, pensant que cela visibilise la cause animale et que c'est une première étape dans la prise de conscience des gens du sort et du statut de l'animal et que chacun, petit à petit, se rendra compte que l'animal n'a tout simplement pas à être exploité, ni tué.

Nous rejetons le welfarisme mais comprenons la position néo-welfariste, dans la mesure où elle est en soi abolitionniste.

Cependant, nous sommes certain-e-s que la stratégie néo-welfariste n'est pas la bonne et qu'elle peut même être contre-productive.

Signalons qu'il ne s'agit pas en l'espèce d'une guerre contre le néo-welfarisme dont nous considérerions les partisan-e-s comme du côté des exploiteurs, il s'agit en réalité de démontrer que leurs stratégies ne sont pas les pertinentes.

Après 200 ans de welfarisme dans certaines régions du monde, nous constatons tou-te-s que la situation des animaux n'a jamais été aussi catastrophique, en termes de nombre de victimes tuées et de cruauté.

Il nous est nécessaire de changer de cap.

Nous apporterons ici les preuves des effets pernicieux du welfarisme qui tend à rendre les gens plus à l'aise avec le fait de manger les animaux.

Nous évoquerons le non-sens des stratégies welfaristes qui ne peuvent être opérantes dans le cadre d'une société qui s'autorise le droit de tuer et d'exploiter les animaux.

Nous proposerons une solution qui se montre déjà plus profitable : l'éducation à l'antispécisme au sein d'un discours de vérité qui n'utilise pas le détour welfariste mais affirme clairement dès le départ sa position abolitionniste. Nous soumettrons en ce sens des stratégies pour un changement en profondeur.

Le message néo-welfariste est celui-ci : nous revendiquons des lois qui permettent aux animaux d'être bien traités avant leur abattage. Qui ne serait pas d'accord avec ce discours de bon sens ? Eviter les cruautés inutiles à l'encontre des animaux, c'est bien là une idée partagée par la plupart des humain-e-s. Il est donc logique que les omnivores continuent à consommer chair animale et produits en dérivant si les associations ne remettent pas en cause ouvertement le fait de tuer les animaux. Combien de personnes disent qu'il est normal de tuer les animaux pour sa consommation personnelle mais qu'il ne faut pas que les animaux souffrent pour cela ?

Le discours welfariste donne bonne conscience d'emblée aux consommateur-trice-s. Il continue un discours ultra-spéciste qui rassure le-la consommateur-trice omnivore.

Il n'est donc pas étonnant que les industries agro-alimentaires prétendant respecter quelques normes de « bien-être animal » tirent de forts bénéfices de ce courant welfariste. La viande "bio" ou dite "du coin", "traditionnelle" rencontre par exemple un succès notable aujourd'hui, pour des raisons de santé certes, mais aussi pour cette croyance en des animaux bien traités.

Le but est-il vraiment d'augmenter le chiffre d'affaires des filières de la prétendue "viande heureuse"? Certes pas.

La stratégie ne fonctionne pas : la consommation des veaux en Europe a par exemple augmenté suite à l'interdiction de leur confinement.

De manière plus générale, l'obligation d'étourdissement préalable avant la mise à mort des animaux, plus précisément la Directive européenne n° 93/119 du 22 décembre 1993 transposée au droit français en 1997 est un échec cuisant : les associations welfaristes le démontrent elles-mêmes par leurs images atroces d'animaux filmés dans les abattoirs. Les exploités ne souffrent pas moins depuis 1993.

Nous savons bien que les associations néo-welfaristes proposent en complément de ces micro-réformes l'établissement de l'abolitionnisme. Mais un problème inhérent à notre système politique fait que le message ne peut passer. Les médias de masse qui acceptent de diffuser des vidéos de torture dans les abattoirs ne vont pas retenir les suggestions abolitionnistes qui viennent en complément des revendications de "réformettes", car les médias n'ont pas vocation de conscientisation mais d'information et de popularité. Ce sont des entreprises que financent nos dirigeants spécistes.

=> Lire la suite : Le welfarisme propose une réflexion inaboutie


Suivez nous
sur les réseaux sociaux

Partagez cette page avec vos ami(e)s en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

Plan du site - Adhérer - Faire un don - Mentions Légales
Site créé par Monwebsurmesure

© PACTE - 2017/18