Logo/BanniÈ

Alimentation végétale

Empreinte du carnivorisme sur la planète

Aujourd’hui, nous sommes plus de sept milliards sur la Terre, on annonce neuf milliards d'êtres humains pour 2050. D'après les estimations de la FAO (Food and Agriculture Organization), il faudrait que la production de viande dans le monde augmente de 70% !

La surproduction de produits d’origine animale a de très graves conséquences pour l’environnement. Voici quelques exemples frappants :

* 30% des terres habitables de la planète sont utilisées pour nourrir les animaux

* Après une enquête de trois ans publiée en juin 2009, Greenpeace affirme que l’élevage bovin est responsable à 80% de la destruction de la forêt amazonienne !

* En Bretagne, la situation catastrophique des nappes phréatiques est directement liée à la très grande concentration d’élevages de cochons : seulement 2% des eaux de surface en dessous de la norme sanitaire à ne pas dépasser !

* Selon la FAO, plus de 80% des « stocks de poissons » sont en état de pleine exploitation ou de surexploitation. Pour une équipe de chercheurs canadiens, si la pression humaine continue au rythme actuel, les espèces les plus couramment pêchées aujourd’hui pourraient avoir disparu au milieu du 20ème siècle

* L'aquaculture n'est pas une alternative viable à la pêche puisque la plupart des poissons d'élevage sont carnivores. Il faut pêcher près de dix kilos de poissons sauvages pour obtenir un kilo de thon rouge ou de saumon

* En France, il faut en moyenne environ 8 250 litres d'eau pour produire la nourriture quotidienne d'un omnivore, 3 600 l pour produire celle d'un végétalien

* A titre de comparaison, il faut 900 l d'eau pour produire 1 kg de pommes de terre, 1 300 l pour 1 kg de blé, 1 800 l pour 1 kg de soja. On passe à 3 300 l d'eau pour 1 kg d'oeufs, 3 900 l pour 1 kg de viande de poulet, 4 800 l pour 1 kg de viande de « porc » et à … 15 500 l pour 1 kg de viande de bœuf !

Pour nourrir toute la planète, plus de 60 milliards d’animaux terrestres sont tués chaque année ! Cela représente 165 millions d'animaux tués chaque jour, autrement dit 1900 animaux meurent dans les abattoirs à chaque seconde qui passe… Par ailleurs, ce sont plus de 90 milliards de tonnes d'animaux marins pêchés chaque année, sans compter les animaux marins d'élevage.

Si la production de « produits carnés et laitiers » nuit gravement à la planète et aux animaux, elle a aussi un impact négatif sur notre santé. Ces dernières années, de nombreuses études ont permis de confirmer sans équivoque le lien direct entre la consommation de viande et le risque de développer un diabète de type 2, et de mettre en évidence l'intérêt d'une alimentation végétalienne pour réduire ce risque. La surconsommation de viande, en particulier de viande rouge, tend à augmenter le risque de certaines maladies (comme le cancer du côlon, les maladies cardio-vasculaires, l'obésité ou le diabète de type 2) et plus généralement augmente la mortalité.

En 2015 l'OMS a officiellement classé la viande rouge parmi les cancérigènes probables chez l'humain et les viandes transformées (charcuteries, nuggets, corned-beef, « cordon bleus » etc) parmi les cancérigènes certains chez l'humain. L’OMS a relevé ce qu’elle appelle le « paradoxe du calcium » : c’est dans les pays où l’on consomme le plus de calcium (en Suède, aux Etats-Unis, en Finlande…) que l’on compte le plus de fractures de col du fémur, généralement révélatrices de l’ostéoporose. En revanche, dans les pays où on n’a pas l’habitude de consommer des produits laitiers (au Japon, en Inde, au Pérou…), c’est l’inverse, on a des os solides !

=> Lire la suite : Les bien-fondés de l’alimentation végétale (1)


Les différentes parties

SANTÉ - ALIMENTATION

  • Santé
  • Alimentation végétale

Les différentes commissions


Suivez nous
sur les réseaux sociaux

Partagez cette page avec vos ami(e)s en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus

Plan du site - Adhérer - Faire un don - Mentions Légales
Site créé par Monwebsurmesure

© PACTE - 2017